Les chiffres clés

Depuis 1989, le SMCOM a œuvré pour la mise en place d’un service public d’élimination des déchets efficace et permanent. C’est aujourd’hui un service unifié de collecte de proximité avec des collectes séparées relativement productives et un réseau de déchèteries accessible.

  • slide

La mise en place de la RI, c'est tout une histoire...

En 2010, le constat est établi : nous produisons de plus en plus de déchets.

En conséquence directe, le coût du service de collecte et de traitement des déchets ne cesse d’augmenter.

Dans le même temps, suite au Grenelle de l’Environnement, la réglementation européenne et française stipule que le système de financement du service déchets devra inclure, avant 2014, une part incitative à la réduction et au tri des déchets, prenant en compte le poids ou le nombre d’enlèvements de bacs à déchets.

Dans ce cadre,

le SMCOM  se fixe des objectifs ambitieux tout en restant attentif  à la maîtrise du coût :

  • Le renforcement de la prévention,
  • L’amélioration des performances des collectes séparées, (diminuer les ordures ménagères à 173 kg/hab, augmenter la collecte des emballages et papiers à 55 kg/hab et améliorer la qualité du tri, augmenter le recyclage des emballages en verre de 15%, optimiser l’utilisation des déchèteries).
  •  L’optimisation et la rationalisation du service,
  •  L’évaluation permanente de la qualité du service proposé,
  •  La mise en place d’un guichet unique au service de l’usager.

En 2011, le SMCOM décide donc de faire évoluer le système de financement du service public d’élimination des déchets par anticipation, en y incluant une incitation qui va permettre :

  • de mobiliser les habitants pour une meilleure gestion de leurs déchets
  • d’atteindre les objectifs fixés par le grenelle de l’Environnement
  • de maitriser les coûts.

C’est ainsi, suivant une phase expérimentale, qu’au 1er janvier 2012,   la Redevance Incitative prenant en compte le volume  et le nombre de vidages du bac d’ordures ménagères est effective sur le territoire du SMCOM.

Depuis le constat établie en 2010 d’une augmentation toujours croissante de déchets et la mise en place de la redevance incitative dès le 1er janvier 2011 (année “blanche”), il est possible aujourd’hui de présenter les performances de collecte et de les comparer aux objectifs.

Les ordures ménagères (bac vert) :

La production individuelle se stabilise en 2013 à 145 kg/hab, après avoir fortement diminué dès la phase expérimentale de la mise en place de la redevance incitative au 1er janvier 2011. Déjà en 2012 les  performances atteignent les objectifs fixés pour 2014.

Les emballages et papiers  triés* (bac jaune) :

 

Les quantité d’emballages recyclables et papiers triés ont progressé en comparaison aux quantités valorisées avant l’évolution du mode de financement. Elles restent cependant stables de 2011 à 2013. Cependant des efforts sont encore à fournir pour atteindre l’objectif fixé à 55 kg/hab pour 2014.

Il est à noter que la quantité de refus de tri, c’est-à-dire les erreurs de tri contenues dans les bacs jaunes, a légèrement augmenté passant de 5,3 kg/hab en 2012 à 5,7 kg/hab en 2013.

* Emballages et papiers triés c’est : emballages et papiers collectés du bac jaune moins 4 % de freinte (évaporation de l’eau et extraction des particules fines contenues dans la collecte des bacs jaunes), moins le refus de tri. 

Le verre :

En 2013, un habitant a trié 43 kg de verre. Cette “contre”performance s’éloigne de l’objectif de 49 kg/hab fixé  pour 2014.

Ces résultats montrent que les habitants se sont mobilisés pour trier plus (sauf le verre) et réduire leur quantité de déchets. La pratique du compostage individuel s’est largement renforcée sur le territoire du SMCOM, environ 27 % des foyers sont équipés d’un composteur (soit plus de 2000 foyers), évitant ainsi l’incinération de 30% du poids de leurs déchets.